La place des c.o. dans le nouveau monde du travail

Événements  |  9 avril 2016

Ouverture Colloque

De gauche à droite, Daniel Mercure, professeur au département de sociologie de l’Université Laval ; Laurent Matte, c.o., président de l’OCCOQ ; Hélène Plourde, coordonnatrice au développement des compétences ; Simon Viviers, Ph.D. c.o., membre du comité du programme du colloque.

Un chercheur chevronné dans le domaine de la sociologie du travail, M. Daniel Mercure, professeur au département de sociologie de l’Université Laval, était invité à prononcer la conférence principale dans le cadre des activités d’ouverture du colloque 2016 de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec, tenu sous le thème, Affirmons solidairement notre expertise, le 8 juin à Magog. Le titre de sa conférence ? Quelle place pour le conseiller et la conseillère d’orientation dans le nouveau monde du travail ? Selon lui, un rôle majeur !

Selon le chercheur, les entreprises sont plus que jamais en quête de mobilisation des travailleurs et la gestion des ressources humaines (GRH),  au service du modèle de la performance organisationnelle. Le modèle valorisé par les employeurs est l’entreprise dites intelligente, i.e., capable de répondre aux incertitudes et d’innover. Pour ce faire, la structure devient plus légère, la sujétion des salariés à la logique de marché et du client devient plus importante et le marketing RH passe de la gestion individualisée à la gestion personnalisée. La gestion des ressources humaines se fait à la carte. Le contexte actuel, ajoute-il, est marqué non seulement par les exigences novatrices d’un modèle productif qui ne peut performer sans une mobilisation personnelle et professionnelle ; il est aussi marqué par des besoins culturels d’un genre nouveau de la part de la main-d’oeuvre, laquelle rechigne de plus en plus à fractionner sa vie. Dans ce modèle, il y a aussi des perdants. La compétition est très forte et amène davantage de conflits, entre les collègues notamment. Les problèmes liés à la santé psychologique sont déjà très importants en terme financiers. Cette tendance se poursuivra.

Un monde en changement continu, où l’expertise des conseillers d’orientation en counseling et en évaluation, peut faire la différence, et ce, pour le mieux. Une conférence qui a été très applaudie par les c.o.