Les palmarès sont-ils orientants ?

Nouvelles  |  19 octobre 2018

Une lettre signée conjointement par les présidents et présidentes des quatre associations québécoises de c.o. (secteurs du secondaire, du collégial, du privé et du développement de carrière) prend position sur la question des palmarès d’établissements d’enseignement, en regard des besoins d’orientation des étudiants et de l’accompagnement que les c.o. leur fournissent pour le choix d’un programme d’études.

Le journal La Tribune a publié cette lettre dans son édition du 17 octobre dernier. « Il est impossible d’établir indépendamment des besoins particuliers d’un individu si une institution assurera un succès mieux qu’une autre. Il n’y a pas de meilleur programme d’études en soi, mais seulement un bon programme d’études pour soi », y déclarent ses auteurs.

En accord avec l’argumentaire qui s’y retrouve, l’OCCOQ appuie cette prise de position publique de la part des associations de c.o. La présidente de l’Ordre, Mme Josée Landry, c.o., ajoute : « Le processus d’orientation et de choix de carrière, dont les c.o. sont les experts, ne saurait mener à un choix viable à long terme, au plan de la motivation et de la persévérance scolaire, s’il est basé essentiellement sur des critères tels que les perspectives d’emploi, les salaires ou les palmarès d’établissements scolaires. La motivation se maintient plutôt dans un projet professionnel qui a du sens pour la personne qui le choisit, à partir de ses propres besoins et de son profil, évalués par un professionnel compétent. »