Le développement identitaire à la fin du primaire

//Le développement identitaire à la fin du primaire
Le développement identitaire à la fin du primaire 2018-04-13T08:26:20+00:00

L’aventure commence…

Déjà, même à ce jeune âge, les enfants ont débuté, consciemment ou inconsciemment, leur développement identitaire. Ils sont parfois en mesure de reconnaître certaines aptitudes qui leur sont propres ou encore des intérêts plus forts pour certains domaines (sport, musique, science, etc.).

Ils reconnaissent également certains métiers ou professions et veulent parfois en savoir davantage… Ne soyez cependant pas inquiet si ce n’est pas le cas pour votre enfant, chaque jeune se développe à son propre rythme.

Le parent est un accompagnateur précieux qui peut favoriser le développement de l’identité de son jeune…

Les jeunes sont souvent curieux à cet âge. Ils vous ont peut-être déjà posé des questions sur le monde du travail ou sur différentes formations. Ils veulent devenir pompier, policier, infirmier ou vétérinaire. Ce sont les professions souvent nommées par les enfants, car ce sont celles les plus facilement reconnaissables pour eux. D’autres professions s’ajouteront au fur et à mesure qu’ils se développeront.

Vous pouvez les aider à bien des niveaux dans cette grande aventure. Ceci peut se traduire par certaines actions de votre part, telles :

  • Aider votre enfant à s’interroger sur ses forces et ses faiblesses dans son travail scolaire (disciplines, projets, activités).
  • L’aider à exprimer ses intérêts (goûts) par rapport à certains rôles professionnels de son entourage.
  • L’encourager à reconnaître certaines de ses habiletés, certains de ses talents à partir des fonctions ou des professions exercées par différents travailleurs de sa famille, de son école, de son milieu immédiat.
  • Identifier avec lui ses bonnes et ses mauvaises habitudes et attitudes de travail à l’école et à la maison.
  • Faire un bilan de ses caractéristiques positives.

Inspiré des écrits de Madame Marcelle Gingras, conseillère d’orientation, et professeure retraitée de l’Université de Sherbrooke.