L’école en temps de pause

Les écoles secondaires demeureront aussi fermées pour les élèves jusqu’à la fin août. Certains établissements spécialisés qui offrent des services régionaux ou suprarégionaux de scolarisation et des établissements d’enseignement privés spécialisés en adaptation scolaire restent toutefois ouverts, ainsi que ceux qui accueillent les élèves inscrits à l’une des formations du PFAE. Les apprentissages à distance devront néanmoins se poursuivre grâce à un encadrement pédagogique bonifié.

Pour répondre à la demande des parents qui souhaitent que leurs enfants continuent d’être stimulés sur le plan des apprentissages, le ministère de l’Éducation a conçu le site ecoleouverte.ca, qui répertorie des activités pédagogiques accessibles, notamment par la télévision publique, le Web et les outils numériques disponibles. Selon la situation de chaque élève, il est possible que le soutien d’un parent soit nécessaire.

Les mesures additionnelles suivantes seront mises en place :

  • Soutien pédagogique additionnel offert aux élèves du primaire et du secondaire, notamment à ceux qui poursuivent leurs apprentissages à distance.
  • Encadrement pédagogique bonifié.
  • Prêt de matériel numérique et accès à Internet aux élèves qui en ont besoin.

Dès le 1er juillet 2020, les élèves de la 4e et 5e secondaire pourront suivre des cours d’été en personne, sur une base volontaire ou sur la recommandation d’un enseignant. Les élèves se trouvant dans des situations particulières pourront également être évalués par les organismes scolaires.

Les élèves en échec ayant complété un programme avant l’année scolaire 2019-2020 pourront faire une reprise d’épreuve ministérielle.

Ces mesures permettront aux élèves de poursuivre leur parcours scolaire à la formation professionnelle ou au collégial et d’obtenir leur diplôme d’études secondaires, le cas échéant. Ceux qui sont en fin de parcours pourront ainsi accéder au marché de l’emploi.

Des camps pédagogiques pourront également être offerts aux élèves qui présentent des difficultés ou qui nécessitent une mise à niveau dans leurs apprentissages. Ces élèves seront ciblés par leur établissement.

Ces camps seront fréquentés sur une base volontaire et aucune évaluation formelle ne sera effectuée. Les groupes seront constitués d’au plus 10 élèves.

Les camps se tiendront du 8 au 26 juin inclusivement (avec une possibilité de prolongation) et seront offerts :

  • à des élèves de l’enseignement primaire, dans le réseau scolaire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), de la MRC de Joliette et de la Ville de l’Épiphanie;
  • à des élèves de l’enseignement secondaire, dans l’ensemble du réseau scolaire du Québec.

Les établissements scolaires préciseront l’offre de service en fonction des besoins des élèves et de leurs réalités respectives.

Concernant les élèves vulnérables, le soutien et l’aide apportés sont très importants. Le ministère de l’Éducation a d’ailleurs encouragé les enseignants et le personnel de l’équipe-école à soutenir, dans un premier temps, les élèves qui pourraient avoir des retards ou des difficultés d’apprentissage. Un soutien pédagogique et professionnel sera offert aux élèves qui poursuivent leurs apprentissages à distance.

Communication avec les élèves vulnérables

Le ministère de l’Éducation a invité le personnel des équipes-écoles à réaliser un suivi hebdomadaire, personnalisé, auprès de ces élèves, et ce, en priorisant ceux qu’ils considèrent comme étant les plus vulnérables. Ces communications peuvent être effectuées soit par téléphone ou via différents moyens technologiques. Si le recours à ces options s’avère impossible, un courriel pourrait être envoyé aux parents, les incitant à prendre contact avec la personne-ressource.

Si ce n’est pas le cas dans votre milieu, vous êtes invités à vérifier auprès de l’école de votre enfant, les moyens qui sont mis en place pour vous soutenir et répondre à vos préoccupations.

Dans la mesure du possible, il est recommandé que les plans d’intervention, sous la responsabilité des directions d’école, soient revus pour les ajuster à cette nouvelle réalité scolaire, en priorisant les élèves ayant les plus grands besoins. La direction et les membres du personnel qui sont reliés au plan d’intervention doivent s’assurer de faire le suivi auprès des jeunes concernés.

Visitez cette partie de notre site sur le plan d’intervention pour obtenir plus d’information.

Source : Alloprof parents

Après plusieurs mois loin de l’école, votre ado ne voit plus la pertinence d’y retourner, et ce, pour toutes sortes de raisons? Si c’est le cas du vôtre, voici 5 arguments pour l’aider à s’accrocher.

La situation actuelle est passagère

En temps de pandémie, la peur de l’inconnu et l’impression de perdre le contrôle sur leur vie sont autant de sentiments qui jouent en défaveur de la persévérance scolaire des adolescents. Dans ces conditions, pour aider votre ado à faire un choix éclairé et à rester accroché, vous pouvez :

  • maintenir une bonne communication,
  • miser sur le fait que la situation actuelle est passagère,
  • imaginer le futur,
  • adopter une attitude positive,
  • etc.
La communication est à la base d’une bonne relation parent-ado. Pour vous aider à établir une communication efficace avec le vôtre, et à faire le plein de trucs pratiques, nous vous invitons à lire notre article.

La clé de l’autonomie passe par les études

Avoir son indépendance financière, vivre en appartement et prendre des décisions concernant sa vie personnelle ne sont là que quelques-uns des visages de l’autonomie. Être autonome, c’est beaucoup plus que cela. C’est aussi être en mesure de :

  • faire des choix politiques,
  • résoudre des problèmes,
  • travailler sans encadrement,
  • planifier son temps,
  • comprendre les codes sociaux,
  • apprendre à communiquer,
  • utiliser son libre arbitre,
  • etc.

Et toutes ces aptitudes s’apprennent et se développent par le biais des études.

Le saviez-vous? Quand vous aidez votre ado à se servir de ses erreurs pour avancer et pour apprendre, vous contribuez au développement de son autonomie!

Sans diplôme, les perspectives d’avancement sont plus minces

Peut-être qu’en ce moment, pour toutes sortes de raisons, le salaire et les conditions de travail offerts à votre ado lui conviennent. En ne voyant que le côté avantageux de sa situation actuelle, peut-être envisage-t-il de quitter définitivement l’école. Pour aider le vôtre à se projeter dans l’avenir et à faire des choix en lien avec ses idéaux, vous pouvez l’inviter à :

  • faire la liste de ses ambitions (gérer une équipe, voyager, avoir des enfants, une voiture, une maison, etc.);
  • faire un budget réaliste (prix d’un loyer, de la nourriture pour une famille, d’un véhicule, des vêtements, etc.);
  • imaginer le travail de ses rêves;
  • trouver le cheminement scolaire qui correspond à ses aspirations;
  • etc.

Retourner aux études à l’âge adulte n’est pas si facile

Après des années hors du circuit scolaire, retourner aux études à l’âge adulte représente un défi qui exige une grande motivation, beaucoup de persévérance et du soutien. Pourquoi retourner aux études à l’âge adulte est-il si complexe? Voici quelques pistes de réflexion à exploiter afin de répondre à la question :

  • après une longue période sans aller à l’école, plusieurs acquis scolaires ont été oubliés, et il faut redoubler d’efforts pour être à niveau;
  • habitué à un rythme de vie et à une routine, il est difficile de tout chambouler;
  • la conciliation famille-boulot-école demande une grande gymnastique;
  • le cerveau est moins performant avec l’âge, et les apprentissages sont donc plus complexes;
  • après une journée bien remplie au travail, la fatigue est souvent au rendez-vous lorsqu’arrive l’heure des études;
  • etc.

Il est possible d’obtenir du soutien

Si, malgré vos efforts et votre implication, votre adolescent manifeste toujours l’envie de décrocher, vous pouvez l’inviter à consulter une ressource externe pour l’aider à faire le point. Par exemple, cette personne pourrait être :

  • un autre adulte en qui il a confiance;
  • un membre du personnel enseignant;
  • un conseiller d’orientation;
  • une connaissance qui a vécu la même situation;
  • etc.
Le saviez-vous? Le meilleur moyen de lutter contre le décrochage scolaire est d’opter pour la prévention. Pour savoir comment y arriver, nous vous invitons à lire notre article.
  • Alloprof : Avec la fermeture des établissements d’enseignement, les jeunes et leurs parents peuvent compter sur l’accompagnement de l’organisme Alloprof qui offre gratuitement de l’aide aux devoirs et aux leçons.
  • Alloprof Parents : Alloprof Parents offre des services et des ressources pratiques pour outiller, rassurer et guider gratuitement les parents d’enfants âgés de 6 à 17 ans.
  • Top notions au secondaire : liste des notions incontournables en mathématique, en français, en science et en histoire.

Source : Alloprof Parents

Même s’il n’y a pas d’examens du ministère, Alloprof a pensé partager avec vous les CyberRévisions de l’an dernier, initialement conçues pour s’y préparer. Une façon efficace de survoler en environ une heure les notions les plus importantes vues pendant l’année.

Voir toutes les CyberRévisions

L’orientation scolaire au secondaire fait partie des services essentiels à l’école, particulièrement pour les élèves qui ont des besoins particuliers et ceux du deuxième cycle qui doivent faire des choix significatifs en lien avec leur projet d’avenir. En cette période de crise, toutefois, les services peuvent être momentanément interrompus.

Certaines écoles peuvent offrir certains services à distance, mais il est possible que ce ne soit pas le cas pour l’école de votre jeune. Vous êtes invités à vérifier auprès de l’institution de votre jeune, ou de la commission scolaire ou du centre de services, les services qui sont offerts à distance pendant la période de confinement.

Si aucun service n’est offert, l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec offre les services d’un conseiller d’orientation en ligne pour répondre aux questions d’ordre général et référer les personnes aux bonnes ressources, au besoin.

La situation actuelle d’isolement forcé peut générer une diversité d’émotions, d’inconforts et de questionnements, et ce, sur les plans personnel comme professionnel. Bien sûr, cette crise se terminera éventuellement, mais l’OCCOQ tient à rappeler à la population qu’il est possible d’avoir accès à des services d’orientation à distance (« téléorientation ») – ou des services de psychothérapie offerts par des membres de l’Ordre possédant l’accréditation nécessaire.

Visitez le site de l’OCCOQ Services d’orientation à distance pour le public (COVID-19)

Dans ce contexte de crise, il est normal pour les jeunes et les parents de se sentir anxieux ou stressés. Il est important de demeurer attentif à tout changement significatif en lien avec le comportement (changement important de l’humeur ou tout autre indice qui semble inquiétant). Aussi, il ne faut pas hésiter à contacter des services d’aide ou à lui référer ces derniers s’il vous apparaît vivre la situation très difficilement. Des services sont accessibles 24 h/24, 7 j/7, tels :

Ressources spécifiques