10 mythes : vous vous reconnaissez?

//10 mythes : vous vous reconnaissez?
10 mythes : vous vous reconnaissez? 2018-03-20T17:38:37+00:00

Certains mythes perdurent dans les croyances populaires et il est important d’en « défaire » quelques-uns. Non seulement ces mythes sont-ils totalement erronés, mais ils faussent le jugement de bien des parents et, incidemment, de leur jeune…

  • Les professions se modifient, les taux de placement varient, les professions d’avenir se succèdent, les technologies changent constamment.
  • L’état du monde professionnel est en perpétuel mouvement et aucun choix n’est garanti.
  • Un jeune sera difficilement enthousiasmé par une profession choisie de manière très rationnelle, sur la base de son taux de placement ou de son salaire.
  • Bien des parents aimeraient que leur enfant réalise un rêve qui n’est pas nécessairement le leur. Il est bien d’en parler, mais ne lui demandez pas de calquer ses désirs sur les vôtres
  • Il arrive que les jeunes, par peur de déplaire, se sentent contraints de suivre la route indiquée par leur parent.
  • Il est humain de transposer sur son jeune des aspirations qui nous appartiennent, cependant, chaque être est unique et doit faire lui-même ses propres choix.
  • Le choix parfait n’existe pas. Pour apprendre à se connaître, il arrive qu’un jeune doive explorer plusieurs parcours. La structure de notre système scolaire permet les cheminements variés.
  • Dans notre société actuelle, une personne change de profession ou d’environnement de travail plusieurs fois au cours d’une vie.
  • Ces expériences sont enrichissantes et bienfaisantes.
  • Les parents connaissent bien leur jeune et ont souvent une bonne idée de ce qu’il aimerait faire. Cependant, dire à son jeune que son choix n’est pas le bon risque de nuire à votre relation et d’avoir l’effet contraire.
  • Vous pouvez faire des suggestions, mais ne portez pas de jugement négatif sur ses idées. Ces dernières risquent, de toute façon, de changer.
  • Le jeune doit faire ses propres expériences et apprendre de lui-même ce qui est bon pour lui.
  • Beaucoup de parents ont des rêves pour leurs enfants, dont celui de réussir dans des domaines prestigieux ou avec des salaires qui assureraient leur avenir.
  • Ces rêves ne tiennent pas toujours compte des réelles aspirations du jeune.
  • Il est important également de prendre en considération leurs aptitudes dans leur choix de carrière. Un jeune peut éprouver des difficultés en sciences pures, mais exceller en sciences humaines…
  • Avec du soutien et un encadrement approprié, votre jeune apprendra à mieux connaître ses intérêts, valeurs et aptitudes, et à les transposer dans un métier ou une profession.
  • Il faut leur faire confiance…
  • Les professionnels de l’orientation sont des ressources importantes pour les accompagner – et vous accompagner – dans cette démarche.
  • Pour un jeune et ses parents, le fait de croire qu’il « choisit pour la vie » est une grande source d’anxiété et est totalement erroné.
  • Tant au cégep, à l’université qu’au travail, il faut choisir entre différentes spécialités ou perfectionnements. Il faut accepter ces expériences.
  • Il y aura toujours des choix à faire et rarement des réponses claires.
  • Il est vrai que les sciences ouvrent plusieurs « portes », mais ouvrent-elles les bonnes portes pour votre jeune?
  • Il existe beaucoup de secteurs qui n’exigent pas les sciences : la formation professionnelle, les sciences et techniques humaines, les sciences et techniques administratives, etc.
  • Choisir les sciences de la nature exige un intérêt prononcé notamment pour la chimie, la physique et les mathématiques, sinon les résultats scolaires en souffrent et les notes baissent radicalement, sans parler de la motivation.
  • Vous avez le droit de ne pas être en accord avec les choix de votre jeune qui peuvent être parfois farfelus ou irréalistes à vos yeux.
  • Sans le décourager, vous pouvez chercher à savoir ce qui l’attire dans ce choix et l’encourager à explorer dans des secteurs connexes ou totalement opposés, ceci sans délaisser son idée de départ.
  • Juste « pour voir »…
  • Auparavant, la formation professionnelle avait une connotation négative pour plusieurs.
  • Aujourd’hui, les diplômés de la FP réussissent à décrocher des emplois valorisants, gratifiants et payants. Certains se retrouvent même à la tête d’entreprises ou dans des postes cadres.
  • La formation professionnelle est une formation de qualité, variée et riche en expérience pratique.

Inspiré de : Falardeau, I. et M. Guénette. Comment aider vos jeunes explorateurs à s’orienter dans leur vie, Septembre éditeur, 2003, 31 pages.