Les inquiétudes des parents

//Les inquiétudes des parents
Les inquiétudes des parents 2018-04-13T09:22:59+00:00

Parce qu’on veut le meilleur pour son enfant…

Il est parfois difficile pour un parent d’accompagner son jeune dans son orientation scolaire et professionnelle. Les inquiétudes sont grandes et certaines reviennent plus fréquemment… En voici quelques exemples :

  • Pour un jeune et ses parents, le fait de croire qu’il « choisit pour la vie » est une grande source d’anxiété et est totalement erroné.
  • Tant au cégep, à l’université qu’au travail, il faut choisir entre différentes spécialités ou perfectionnements. Il faut accepter ces expériences.
  • Il y aura toujours des choix à faire et rarement des réponses claires.
  • Vous avez le droit de ne pas être en accord avec les choix de votre jeune qui peuvent être parfois farfelus ou irréalistes à vos yeux.
  • Sans le décourager, vous pouvez chercher à savoir ce qui l’attire dans ce choix et l’encourager à explorer dans des secteurs connexes ou totalement opposés, ceci sans délaisser son idée de départ.
  • Juste « pour voir »…
  • Auparavant, la formation professionnelle avait une connotation négative pour plusieurs.
  • Aujourd’hui, les diplômés de la FP réussissent à décrocher des emplois valorisants, gratifiants et payants. Certains se retrouvent même à la tête d’entreprises ou dans des postes cadres.
  • La formation professionnelle est une formation de qualité, variée et riche en expérience pratique.
  • Voilà une étape importante et exigeante.
  • Vous pouvez débuter par l’exploration des divers secteurs d’activité, comme la santé, l’administration ou les communications.
  • Ensuite, vous pouvez approfondir vos connaissances au sujet des secteurs qui l’intéressent le plus. S’il est attiré par le domaine de la santé, par exemple, lisez sur l’inhalothérapie, les soins infirmiers ou l’ergothérapie. Avec un outil nommé Académos, un site qui permet l’échange de courriel entre un professionnel et un élève, le jeune peut pousser son exploration avec un cybermentor.
  • Il n’y a pas de recette miracle. Votre enfant a besoin de vivre des expériences à partir desquelles il pourra découvrir ses centres d’intérêt, ses aptitudes et ses traits de personnalité distinctifs.
  • Il doit aussi découvrir ses talents particuliers, le type de tâches qui l’inspirent et les gens avec lesquels il a des affinités.
  • Il faut profiter des situations de la vie quotidienne pour souligner ses habiletés.
  • Faites-lui des commentaires positifs et constructifs en lien avec ses réussites et ses défis d’amélioration.
  • La parole, l’écoute et l’observation méritent d’être mises à profit, cela favorisera une meilleure connaissance de lui-même : un pas de plus dans son orientation professionnelle!
  • Vous n’avez pas à tout connaître sur le marché du travail, seulement favoriser les expériences de son enfant.
  • Vous n’avez pas à être un expert en orientation, seulement lui refléter ses bons coups, l’aider à prendre conscience de qui il est.
  • Vous n’avez pas à prendre des décisions à la place de votre jeune, simplement l’accompagner dans ses expériences et son apprentissage.
  • Il vaut mieux explorer et s’informer avec le jeune plutôt que de donner de l’information non validée et en se fiant à son intuition ou expérience personnelle.
  • Le « meilleur cégep » est très souvent celui qui intéressera le plus votre jeune! C’est l’endroit où il passera une bonne partie de son temps, il doit donc en aimer les cours, les activités, les lieux, etc. Bref, il doit « avoir le goût » d’aller à l’école afin de maintenir un bon niveau de motivation scolaire! Cela influencera positivement sa réussite.
  • Il est important de discuter avec votre jeune des certains éléments, dont :
    • Le fait d’aller ou non dans le même cégep que ses amis.
    • La possibilité d’aller dans un cégep éloigné (Ce qui impliquerait qu’il déménage).
    • Son intérêt à poursuivre la pratique d’un sport, d’une activité artistiques, etc., en même temps que ses études.

Il est important que le jeune réponde en fonction de ce qui est le mieux pour lui, ce qui est le plus important, et non en fonction des attentes des autres.

Cela peut paraître sécurisant de choisir une profession très payante au détriment d’une autre et de sa petite voix intérieure. Pour être à l’aise dans un travail, il faut avoir réfléchi à la personne que l’on est et que l’on veut être en considérant ses intérêts, valeurs et aptitudes. C’est de cette façon que le « meilleur choix » pourra être fait, en se référant à qui nous sommes et ce que l’on veut lors de la période de décision.