Mythes et réalités

Mythes et réalités 2018-04-09T14:55:40+00:00

Plusieurs préjugés persistent toujours concernant la formation générale des adultes (FGA). Voici donc certains mythes qui semblent encore tenaces aujourd’hui et qui auraient avantage à être démystifiés.

  • La FGA accueille des élèves de différents niveaux scolaires, allant de la francisation pour les nouveaux arrivants, l’alphabétisation, le présecondaire et le secondaire. Certains s’inscrivent dans le but d’obtenir leur diplôme d’études secondaires ou une équivalence. D’autres viennent pour suivre un ou deux cours pour accéder à la formation professionnelle ou dans un programme particulier au cégep. D’autres s’inscrivent enfin pour améliorer leurs compétences afin d’obtenir un nouvel emploi, etc.
  • Bref, la FGA accueille toute personne âgée de 16 ans et plus et l’accompagne dans l’atteinte de ses objectifs de façon individuelle. Ce qui fait la richesse de ce milieu est justement la diversité des étudiants, leur âge, leur bagage culturel et leur vécu qui créent un environnement d’apprentissage unique où il y a beaucoup à partager.
  • Il est possible, pour certains élèves disciplinés, de compléter leur objectif plus rapidement qu’à l’école secondaire au secteur jeune. Pour que cela puisse être réalisable, il faut que l’école soit une priorité dans leurs occupations.
  • Si une personne n’est pas motivée à apprendre, elle n’ira pas plus vite et même moins vite qu’à l’école secondaire. Pour une personne qui occupe un emploi ou qui a des responsabilités familiales ou personnelles, un horaire peut être adapté à ses besoins puisqu’il est possible d’y étudier à temps partiel, le jour et parfois le soir.
  • Le personnel des SARCA peut répondre à toutes questions et voir à planifier avec l’adulte un retour en formation dans les meilleures conditions possibles.
  • Le niveau de difficulté est le même qu’à l’école secondaire. C’est le type d’enseignement qui est différent, l’apprentissage se fait bien souvent par module et de façon individuelle. Toutefois, contrairement à l’école secondaire où l’élève peut avoir jusqu’à huit matières inscrites à son horaire hebdomadaire, à la FGA il est possible de se concentrer sur une seule, deux ou trois matières à la fois, et ce, à temps plein ou à temps partiel.
  • Il est possible de faire des prétests afin d’évaluer si l’élève a bien assimilé la matière avant de faire son examen officiel. En cas d’échec, il est permis de faire une reprise d’examen.
  • Les temps ont bien changés. Auparavant, il était fréquent de faire passer des tests de classement pour déterminer le niveau scolaire de la personne. Aujourd’hui, la FGA classe la majorité des personnes selon leurs acquis scolaires inscrits à leur dernier bulletin obtenu, peu importe l’année de ce dernier.
  • Ainsi, la personne ne risque pas d’être déclassée ou surévaluée et poursuit ses études là où elle était rendue. Au besoin, elle peut disposer de temps pour faire une révision et une mise à niveau.
  • Dans de rares cas, la passation de tests de classement peut être jugée nécessaire, sauf pour les personnes immigrantes, car le système scolaire québécois est fort différent de celui des autres pays.
  • Certains organismes (Emploi-Québec, CSST, SAAQ, etc.) offrent la possibilité de recevoir un soutien financier pour fréquenter l’éducation des adultes à temps plein. Toutefois, ces organismes émettent leurs propres conditions et leurs propres attentes envers l’élève. Ce dernier doit réussir ses matières dans les délais prescrits au risque de perdre son soutien financier.
  • Les élèves peuvent inscrire à leur horaire des cours de sciences physiques, de chimie, de physique et de mathématiques enrichies, afin d’obtenir les préalables exigés pour leur formation future.
  • Le diplôme que vous recevez à l’éducation des adultes est le même que vous auriez reçu à l’école secondaire. Tous deux sont des diplômes d’études secondaires (DES) émis par le MEESR. Il nécessite le même nombre de crédits, peu importe l’établissement et permet d’accéder aux études collégiales et à des emplois exigeant ce niveau de scolarité.
  • Même si l’apprentissage se fait de façon individuelle, il y a des horaires et les présences sont prises à chacune des périodes. L’élève qui s’absente trop souvent nuit à son propre rendement et pourrait se voir suspendu de ses cours.
  • Afin de prévenir cette situation, il est préférable de diminuer ses heures de fréquentation ou de suspendre soi-même ses études quelque temps afin de régler les autres occupations et de revenir sur les bancs d’école avec l’esprit plus libre.
Les enseignants sont disponibles pour répondre aux questions des élèves. Une certaine autonomie est attendue de la part des élèves et ils doivent demander l’aide de l’enseignant quand ils en ressentent le besoin.

Aussi, des services d’orientation et d’information scolaire, de psychoéducation, d’orthopédagogie et de soutien psychologique peuvent (diffèrent d’un SARCA à l’autre) soutenir au besoin les élèves.

  • Tous les élèves présents à la formation générale des adultes doivent respecter des règles de vie. Des mesures disciplinaires envers l’intimidation, la tenue vestimentaire, les drogues et l’alcool, le respect du matériel et le plagiat font partie des règlements du centre. Le non-respect des règlements peut entraîner la suspension ou même le renvoi de l’élève.
  • Il est possible d’étudier dans le confort de son foyer par le biais de la formation à distance offerte à la FGA. Un service d’aide téléphonique, par courrier électronique ou par visioconférence avec un enseignant est possible.
  • Le sens de l’organisation et une discipline personnelle sont de mise. Idéal pour ceux et celles qui ont des contraintes d’horaire ou de disponibilité.

Inpsiré de :
Éric Boisvert, conseiller d’orientation
Centre de formation des Maskoutains
Commission scolaire de St-Hyacinthe