L’énoncé de pertinence sociale de la profession de conseiller d’orientation

Bannière_L'énoncé d'utilité sociale

AFFIRMER SON UTILITÉ SOCIALE

En 2008, c’est à un travail titanesque auquel s’est attaqué un comité de conseillers d’orientation de l’Ordre : réussir à énoncer en quelques mots l’utilité sociale de la profession de c.o.

Bien sûr, sur le plan individuel, chacun des conseillers d’orientation sait nommer la pertinence de ses services. Mais, il y a autant de définitions qu’il y a de conseillers d’orientation (2500). Et malgré la ressemblance des définitions, chacune sera un peu différente de celle de l’autre. Alors, comment faire ?

Un comité a été mis sur pied pour réfléchir à la question et passer à l’action, le comité de pertinence sociale. Il avait pour objectif de trouver une définition faisant consensus, dans laquelle tous les c.o. pouvaient se reconnaître.

Le comité de pertinence sociale

Présidé par la conseillère d’orientation Marie Cardinale-Picard, le comité de pertinence sociale réunissait le président et le chargé d’affaires professionnelles de l’Ordre, Laurent Matte, c.o, et Richard Locas, c.o., ainsi que les conseillers d’orientation Érick Beaulieu, Geneviève Brisebois et Jean-François Jarry.

Deux ans de consultation !

L’énoncé de pertinence sociale (ou de l’utilité sociale) de la profession est le résultat d’une série de consultation auprès des membres de l’Ordre, par différents moyens, notamment en petit groupe, région par région, ou encore par Internet. C’est aussi le résultat d’un travail d’animation et d’élaboration en groupe.

Finalement, l’énoncé de pertinence sociale a été adopté par le conseil d’administration de l’Ordre en 2010.