Quelle est la démarche à suivre ?

  • 1e étape : le questionnaire

Selon les critères du programme de surveillance générale, des membres sont sélectionnés pour recevoir un questionnaire d’inspection. Le questionnaire dûment rempli doit être retourné à l’Ordre avant une date précise. Lorsque l’Ordre reçoit le questionnaire, une analyse est faite par le coordonnateur à l’inspection ou par un inspecteur.

  • 2e étape : visite d’inspection ?

Selon certains critères, le membre peut être retenu pour une visite d’inspection. S’il est retenu, il reçoit une notification par courriel lui expliquant qu’une visite d’inspection est exigée pour un complément d’information. L’inspecteur en charge de l’inspection communique avec le membre afin de fixer l’heure, la date et l’endroit de la rencontre. Un avis officiel, incluant des renseignements complémentaires à l’inspection, est ensuite envoyé par l’inspecteur avant la date prévue de visite.

Une visite d’inspection se fait dans le milieu de travail des membres. Elle dure environ trois heures et les éléments discutés sont relatifs au Code de déontologie ainsi qu’aux autres règlements, notamment le Règlement sur les dossiers, les cabinets de consultation et la cessation d’exercice. Ainsi, la tenue du cabinet, la gestion de la pratique, les outils d’évaluation et les dossiers font l’objet d’une inspection. Lors de la visite, l’inspecteur a en main un guide lui permettant d’annoter tous les éléments inspectés. À la fin de la visite, l’inspecteur peut apporter des suggestions à certains aspects. Un rapport est rédigé pour chaque inspection.

  • 3e étape : étude du dossier par le Comité d’inspection professionnel

Après étude du dossier, la décision finale quant à la qualité de la pratique d’un membre revient toujours au Comité d’inspection professionnelle (CIP). Une fois adopté par le CIP, ce rapport est envoyé au membre avec la décision finale et les recommandations faites par l’inspecteur.

  •  4e étape : envoi au membre du rapport d’inspection

À la lumière des commentaires reçus, la majorité des membres soumis à une telle visite mentionnent avoir apprécié l’expérience, et ce, malgré la crainte ou l’anxiété éprouvée à la réception de la lettre annonciatrice. Soulignons que le processus d’inspection (questionnaire et visite) permet de faire un bilan de la pratique du membre. C’est un moment privilégié pour faire le point sur les compétences acquises et celles à acquérir. Tracer un bilan de nos interventions et de nos réalisations est une activité constructive et permet de cibler des formations continues selon nos besoins.