Pandémie et choix de carrière des étudiants

----  |  17 février 2021

Les jeunes ont-ils profité de la pandémie pour réfléchir davantage à leur choix de carrière ? Leur perception de certains secteurs d’activité, particulièrement ceux touchés par la pandémie, a-t-elle changé ? Ont-ils davantage ou moins envie de travailler en santé ? Ou de devenir entrepreneur ? Que peuvent faire leurs parents pour mieux les accompagner dans leur processus d’orientation en temps de crise ?

Autant de questions auxquelles cherchait à répondre un vaste sondage (« Impact de la pandémie sur le choix de carrière des étudiants québécois et canadiens ») réalisé par Academos et Desjardins, auquel ont répondu 4 200 jeunes âgés de 14 à 30 ans. Les résultats ont été dévoilés le mardi 16 février, dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire, par l’entremise d’un webinaire (voir plus bas).

Rapport du sondage

Dans l’objectif de mieux expliquer, nuancer et contextualiser les constats présentés dans ce rapport, Academos a consulté cinq experts issus de différentes organisations œuvrant en persévérance scolaire, en éducation et en orientation scolaire et professionnelle, dont Louis Cournoyer, c.o., directeur de la maîtrise en counseling de carrière de l’UQAM, et Josée Landry, c.o., présidente de l’Ordre. Les points de vue et explications de ces experts ont été intégrés à la présentation des résultats de ce rapport.

Quelques citations de la présidente de l’OCCOQ

  • Faire un choix de carrière, c’est déjà stressant, alors en contexte de pandémie, c’est normal que ce le soit davantage. Et le stress ou l’anxiété que vivent les jeunes en ce moment ne doivent pas être interprétés comme des indices de la présence d’un trouble mental, comme d’un trouble anxieux par exemple. C’est normal d’être stressé par le choix de carrière, comme c’est normal d’être stressé par la pandémie.
  • En tant qu’adultes, nous sommes souvent portés à rassurer les jeunes en leur disant des choses comme « ça va bien aller » ou « ne t’inquiète pas, tu vas voir, c’est facile », et ce, avec les meilleures intentions. Mais si le jeune se sent stressé ou vit des difficultés dans son processus de décision, ce genre de paroles risque plutôt de lui faire vivre plus de stress! C’est donc important de valider ce qu’il ressent et de lui enlever de la pression en normalisant ce qu’il vit, car il s’agit d’une étape que tout le monde traverse.
  • Les conseillers d’orientation possèdent l’expertise professionnelle pour accompagner les jeunes différemment, parce qu’ils connaissent bien l’information sur le marché du travail, les programmes de formation et les perspectives d’avenir, mais surtout parce qu’ils comprennent bien le fonctionnement psychologique des jeunes.

Pour obtenir les faits saillants du sondage, vous pouvez consulter le communiqué « Les jeunes reconsidèrent leur choix de carrière en raison de la pandémie », diffusé hier par Academos.

Webinaire

Visionnez l’enregistrement vidéo du webinaire en cliquant ici (intervention de Josée Landry à 40:58).