Grand public - Conseiller d'orientation

Conseillers et conseillères d’orientation (c.o.)

Les c.o. sont des professionnels de la relation d’aide, de l’orientation et du développement de carrière qui pratiquent dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines* (DSMRH).

Énoncé de pertinence sociale des c.o.

Les c.o., par leur expertise de la relation individu-travail-formation, visent le mieux-être personnel et professionnel en mobilisant le potentiel des personnes et en les aidant à prendre leur place dans la société tout au long de leur vie.

Champ d’exercice**

« Évaluer le fonctionnement psychologique, les ressources personnelles et les conditions du milieu, intervenir sur l’identité ainsi que développer et maintenir des stratégies actives d’adaptation dans le but de permettre des choix personnels et professionnels tout au long de la vie, de rétablir l’autonomie socioprofessionnelle et de réaliser des projets de carrière chez l’être humain en interaction avec son environnement. »

Formation***

Pour obtenir un permis d’exercice de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ) – et ainsi porter le titre de c.o. et exercer les activités professionnelles qui lui sont réservées –, il est nécessaire de détenir un diplôme de maîtrise universitaire en orientation. À cet effet, quatre programmes reconnus par l’OCCOQ sont offerts au Québec dans les universités suivantes : 

Ces programmes portent notamment sur le counseling, les théories de la personnalité, la psychopathologie, l’identité, le développement personnel et vocationnel, l’évaluation psychométrique, incluant le retard mental, et la connaissance du milieu scolaire et du marché du travail.

Évaluation et intervention en orientation**

« Évaluer, dans un contexte d’orientation professionnelle, consiste à porter un jugement clinique dans le cadre d’un processus permettant d’apprécier la situation d’une personne au regard de son cheminement vocationnel ou de son insertion socioprofessionnelle.

Le c.o. détermine, par la suite, un plan d’intervention permettant de développer chez la personne sa capacité à s’orienter, à faire des choix personnels et professionnels et à réaliser des projets d’études ou de carrière. Ainsi, le c.o. doit considérer les trois aspects, soit le fonctionnement psychologique, les ressources personnelles et les conditions du milieu dans l’évaluation de la situation de la personne.

Il intervient également pour que la personne maintienne des stratégies actives d’adaptation lorsqu’elle est confrontée à des choix ayant des impacts sur l’ensemble de sa vie, principalement sur le plan des études et du travail. C’est dans ce contexte que le c.o. intervient sur des aspects problématiques liés à l’identité et au développement de la personne, ainsi qu’aux processus psychologiques sous-jacents. »

L’essentiel de la pratique**

« La pratique du c.o. consiste à outiller la personne afin qu’elle puisse développer et affirmer son autonomie professionnelle. Ses interventions visent le développement de la personne en portant une attention particulière à la dimension professionnelle. La clientèle du conseiller d’orientation peut également être constituée de groupes ou d’organisations. »

Une finalité particulière**

« La finalité de la pratique du conseiller d’orientation reflète la multiplicité des problèmes éprouvés par sa clientèle. La pratique contemporaine implique des interventions qui peuvent survenir tout au long de la vie d’une personne afin de permettre à cette dernière de faire des choix personnels autant que professionnels et de rétablir son autonomie professionnelle. »

* Les professionnels du DSMRH sont les suivants : conseillers d’orientation, travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux, ergothérapeutes, psychoéducateurs, sexologues, criminologues, psychologues, orthophonistes et audiologistes, infirmières et médecins.

** Source : OFFICE DES PROFESSIONS DU QUÉBEC. 2021. Guide explicatif : Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines. Québec, OPQ.

*** Source : OFFICE DES PROFESSIONS DU QUÉBEC. 2014. Règlement sur les normes d’équivalence pour la délivrance d’un permis de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec. OPQ, Québec.

Services d'orientation offerts gratuitement

Des services d’orientation sont offerts dans un grand nombre d’établissements publics au Québec. Ils sont généralement gratuits et s’adressent parfois à des clientèles spécifiques (ex. : étudiants, personnes immigrantes, femmes, personnes de 50 ans et plus, personnes handicapées, etc.). L’information ci-dessous vous permettra d’identifier quels sont les établissements de votre région qui offrent des services d’orientation. Vous pourrez ainsi les contacter afin de savoir comment accéder à leurs services. Assurez-vous que le professionnel que vous allez rencontrer détient le permis d’exercice délivré par l’Ordre. Vous pouvez vérifier cette information dans le répertoire des membres.

Pourquoi consulter un c.o. ?

En tant que professionnels de la relation d’aide, de l’orientation et du développement de carrière, les c.o. accompagnent les personnes de tous âges, quels que soient leur niveau de scolarité et leurs expériences professionnelles ou personnelles. Grâce à leurs compétences en évaluation, en intervention et en rôle-conseil, ils sont en mesure d’adapter leurs services afin de répondre à une diversité de besoins d’orientation.

Où pratiquent les c.o. ?

La diversité des besoins d’orientation et du type d’accompagnement offert par les c.o. s’illustrent notamment au sein des différents secteurs d’activités où ces derniers exercent leur profession.

Pratiques spécialisées

Les trois activités suivantes peuvent être exercées par les c.o. qui possèdent le permis, l’attestation de formation ou l’accréditation exigés par le législateur du Québec.

  • La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique.
  • L’évaluation d’un trouble mental consiste à porter un jugement clinique sur la nature des « affections cliniquement significatives qui se caractérisent par le changement du mode de pensée, de l’humeur (affects), du comportement associé à une détresse psychique ou à une altération des fonctions mentales » et à en communiquer les conclusions.
  • La médiation familiale est un mode de prévention et de règlement de différends dans lequel un tiers impartial, le médiateur, intervient auprès de conjoints/parents afin d’identifier les sources de conflits et les résoudre.