Gouvernance - Présidence

Rôle de la présidence de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec

La personne occupant le poste de la présidence exerce un droit de surveillance générale sur les affaires du conseil d'administration. Elle veille au respect, par les administrateurs du conseil d'administration (CA), des normes d'éthique et de déontologie applicables. Elle veille aussi, auprès de la direction générale de l'Ordre, à la mise en œuvre des décisions du CA et de requérir l'information qu'elle juge pertinente pour tenir le CA informé de tout autre sujet portant sur la mission de l'Ordre.

À cette fin, elle peut requérir des informations d’un membre d’un comité formé par le CA, d’un employé de l’Ordre ou de toute autre personne qui exerce au sein de l’Ordre une fonction prévue au Code des professions, y compris celle du bureau du syndic en ce qui regarde l’existence d’une enquête ou le progrès de celle-ci.

Elle préside les séances du CA ainsi que les délibérations à l’occasion des assemblées générales ; elle administre les affaires du CA. Elle voit à la bonne performance du CA et coordonne ses travaux ainsi que ceux de l’assemblée.

En outre, elle est la porte-parole autorisée à s’exprimer au nom de l’Ordre sur des sujets relatifs aux affaires de celui-ci ou sur l’exercice de la profession. Elle peut désigner une autre personne pour agir comme porte-parole autorisée de l’Ordre.

# Josée Landry, c.o., présidente de l’OCCOQ

Josée Landry, c.o., présidente de l’OCCOQ

Diplômée de l’Université Laval au baccalauréat (1990) et à la maîtrise (1992) en sciences de l’orientation, Josée Landry est devenue membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation (OCCOQ) en 1993. Intéressée par la gestion des organisations pendant son enfance – son père lui racontait alors ses journées de travail à l’usine – elle a réalisé son stage de baccalauréat au sein d’une organisation publique. À cette époque, la pratique « organisationnelle » des c.o. n’était pas vraiment développée. Par conséquent, le programme des sciences de l’orientation n’offrait aucun stage dans ce secteur d’activités. Faisant preuve d’audace et d’initiative, la jeune Josée a alors effectué des démarches et a réussi à obtenir un stage au département des ressources humaines du Musée de la Civilisation de Québec. Plusieurs années plus tard, c’est avec fierté qu’elle a constaté que ce musée était devenu un milieu de stage offert aux étudiants de l’Université Laval.

À la maîtrise, Mme Landry s’est tournée vers un autre secteur d’activités pour effectuer son stage, c’est-à-dire celui de la « réadaptation et santé mentale ». Son expérience à l’Institut de réadaptation en déficience physique du Québec lui a ainsi permis de développer ses compétences d’intervention clinique en orientation. Après l’obtention de son diplôme et de son permis d’exercice de c.o., elle a travaillé quelques années pour un organisme d’employabilité situé dans sa région natale des Bois-Francs. Par la suite, elle a choisi de renouer avec son objectif premier, celui d’œuvrer comme c.o. organisationnelle, d’abord à l’emploi de cabinets-conseils à Québec et à Laval, puis en démarrant sa pratique privée sur la Rive-Nord de Montréal. Depuis 25 ans maintenant, Mme Landry offre donc ses services de consultation aux organisations et aux individus.

En 2008, elle devient membre du conseil d’administration (CA) de l’Ordre, qui regroupait alors les c.o. et les psychoéducateurs, en tant qu’administratrice représentant la région électorale de Laval, Laurentides et Lanaudière. Plusieurs personnes l’avaient encouragée à poser sa candidature afin qu’elle intègre le CA, mais elle n’était pas convaincue d’avoir le « profil de l’emploi ». Une fois élue, elle a rapidement réalisé qu’elle possédait les compétences nécessaires et qu’elle appréciait grandement cet engagement professionnel, qui l’amenait à contribuer aux réflexions sur la pratique et le développement de la profession de c.o. ainsi qu’à participer à la gouvernance de l’Ordre. Cette expérience fut une révélation importante quant à ses intérêts et à son potentiel, en cohérence avec son profil organisationnel. Tellement qu’elle a décidé un jour de contribuer davantage, de plus près, en présentant sa candidature à la présidence de l’Ordre. Ses pairs du CA l’ont élue présidente en 2016. Sans bénéficier de formation spécifique pour exercer ce rôle important, Mme Landry s’est adaptée rapidement et a développé ses compétences en leadership et en communication stratégique au fil de ses collaborations avec le CA et l’équipe de l’Ordre. Une grande aventure qui se poursuit depuis ce temps, toujours avec la même motivation à faire rayonner la profession auprès du public et des différentes instances.

Fière d’être c.o. et présidente de l’OCCOQ, Mme Landry est mobilisée envers la pleine reconnaissance de l’utilité sociale des conseillers et conseillères d’orientation. En tant que porte-parole officielle de l’Ordre, elle travaille fort à la mise en valeur de l’expertise des c.o., qui viennent en aide aux personnes de tous âges vivant des questionnements scolaires, professionnels. Notre présidente rappelle souvent que toute personne est en droit d’avoir accès un accompagnement dans ses décisions, son insertion et sa progression socioprofessionnelles. Chacune de ses représentations politiques et prises de position publique est dirigée en ce sens, afin que toute personne en ressentant le besoin ait accès à des services d’orientation compétents.

Mot de la présidente de l’Ordre

Bienvenue dans le nouveau site Web de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ), qui présente une image plus actuelle et exhaustive des services d’orientation au Québec.

Par le passé – et parfois encore aujourd’hui –, on nous appelait souvent « orienteurs » ou « conseillers en orientation », alors que notre titre officiel est conseiller ou conseillère d’orientation. Son abréviation, c.o., accompagne notre nom dans notre signature. Ce titre professionnel est beaucoup plus évocateur quant à notre apport réel à la société. En effet, notre rôle consiste à accompagner les personnes de tous âges afin qu’elles puissent prendre des décisions éclairées sur les plans scolaire, professionnel et personnel. Cet accompagnement est basé sur une évaluation en orientation : votre identité, vos valeurs, vos aptitudes, vos besoins et vos conditions de vie font partie des éléments à considérer quand vient le temps de choisir une voie et de s’y engager. Notre formation universitaire (baccalauréat et maîtrise) est axée sur l’exercice de cette évaluation et sur l’intervention en orientation, qui constitue une relation d’aide. Elle nous permet aussi d’accompagner les entreprises dans diverses décisions organisationnelles.

Dans ce tout nouveau site Web, vous trouverez une foule d’informations pour mieux nous connaître, et vous pourrez constater la diversité des besoins auxquels les services d’orientation peuvent répondre. Les pages de la section « Trouver un c.o. » vous permettront de cibler le type de services d’orientation approprié et de savoir comment vous pouvez y avoir accès.

Comme tout ordre professionnel, l’OCCOQ a pour mission de protéger le public. Vous en apprendrez donc plus à ce sujet en parcourant notre site et vous aurez facilement accès aux renseignements ainsi qu’aux procédures requises afin de « porter plainte » (effectuer une demande d’enquête) si vous avez l’impression que la conduite de votre c.o. est inappropriée ou si vous doutez de la qualité de ses services.

Je vous souhaite une excellente visite ainsi qu’une réflexion professionnelle fructueuse.

Josée Landry, c.o.

Rapports d’activités de la présidence de l’OCCOQ

Dans un souci de transparence à propos de la réalisation du mandat qui lui est confié, la présidente de l’OCCOQ, Josée Landry, c.o., rend public le rapport de ses activités à tous les trois mois.